Le gouvernement lance un appel à projets pour la formation des réfugiés

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé il y a quelques jours le lancement d’un appel à projets en faveur de la formation des réfugiés. Dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), 15 millions d’euros seront ainsi destinés à aider les réfugiés statutaires (qui ont obtenu l’asile) à trouver un emploi. Toutes les structures de plus de deux ans d’existence spécialisées dans le suivi des demandeurs d’asile peuvent candidater dès à présent pour obtenir des financements.

Favoriser l’insertion des réfugiés par l’emploi

L’objectif de l’appel à projets est de permettre l’insertion de 4 000 à 5 000 réfugiés en 2019. Aucun secteur professionnel n’est visé en particulier, le but étant d’accompagner le plus largement possible les initiatives en faveur de l’emploi et de la formation des réfugiés. C’est en effet là, selon la ministre du Travail, le meilleur moyen pour les nouveaux arrivants de s’intégrer à la société française. « Le travail c’est important car cela permet aux réfugiés non pas de demander de l’aide mais aussi apporter à la société française », a-t-elle ainsi déclaré.

Si certains programmes de ce type existent déjà, à l’image de Hope, qui oriente les réfugiés vers les métiers en tension, le but de cet appel à projets est de développer les initiatives innovantes qui vont au-delà des habituels cours de langue française dispensés par de nombreuses associations.

Qualification et capital social, atouts-clés pour s’intégrer

Les deux principaux handicaps des réfugiés pour trouver un travail sont généralement un manque de capital social et une qualification insuffisante ou non reconnue en France. 39% d’entre eux n’ont en effet pas de qualification professionnelle. Lorsqu’ils en ont une, il est fréquent qu’elle ne soit pas reconnue dans notre pays. Il leur est donc nécessaire, dans ce cas, de suivre une formation complémentaire. Le capital social (le réseau de relations mobilisables), qui fait défaut aux personnes récemment arrivées en France, est quant à lui souvent nécessaire pour trouver un emploi.

L’appel à projets s’adresse donc à toutes les structures (associations, réseaux, entreprises, collectivités…) qui « souhaitent proposer de nouvelles idées imaginatives et ambitieuses qui vont offrir des solutions adaptées, sur mesure » pour accueillir les réfugiés et les aider à acquérir une qualification reconnue sur le marché du travail, ou à développer leur propre activité.