Le conducteur de machine de fabrication de produits textiles se charge de surveiller et d’alimenter les machines de broderie industrielle.

Autrement appelé tricoteur, il s’occupe également de la production de tissu/maille au mètre pour les transformer en panneau ou en autre forme en utilisant diverses techniques comme le tissage, le tricotage, le tressage ou le tuftage.

Dans le cadre de son travail, il doit respecter les normes relatives à l’hygiène et à la sécurité ainsi que les règles de production.

Cet ouvrier travaille sous les ordres du responsable de production. Toutefois, il est souvent amené à être en relation avec les services internes, notamment pour organiser les visites, contrôler la qualité ou effectuer les procédés et la maintenance.

Le tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles travaille seul ou en équipe dans une entreprise industrielle spécialisée dans la conception de produits non tissés. Généralement, cet ouvrier travaille dans un atelier bruyant et poussiéreux. Ce métier nécessite ainsi une bonne condition physique puisque le salarié doit manipuler des charges et rester debout pendant une période prolongée.

Les entreprises sont aujourd’hui face à des difficultés pour trouver des candidats possédant les compétences requises par ce poste. Pour y remédier, les industries choisissent de recruter les candidats via la formation en alternance. De cette manière, les industries pourront dispenser des formations sur-mesure afin de transformer les candidats en véritables experts dans le métier de tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles.

Le métier

Quelles sont les missions à réaliser ?

Occupant un des postes-clés de la chaîne de production, le tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles garantit le bon déroulement de la production industrielle. Il a pour principale mission de conduire les machines destinées à la fabrication des produits textiles, notamment les tissus « maille ».

Tâches et fonctions

Dans le cadre de son travail, le conducteur doit réaliser diverses tâches pour assurer le bon fonctionnement de la production. Le profil :

  • reçoit les ordres et consignes de fabrication
  • assure l’approvisionnement des machines
  • effectue les différents réglages réguliers et la programmation des appareils
  • met en route les machines individuelles en effectuant les interventions manuelles
  • assure le suivi du bon déroulement de chaque étape de production
  • identifie les éventuelles anomalies techniques ou esthétiques des produits
  • renseigne les fiches méthodes de suivi
  • supervise les stocks de matières premières et de consommables
  • entretient et nettoie la ou les machines qu’il conduit
  • réalise les opérations d’entretien préventif sur les machines
  • prépare l’inventaire

Le profil :

Le métier de conducteur est accessible aux candidats titulaires d’un CAP ou d’un BEP dans divers domaines :

  • CAP dans les domaines de la mécanique, de l’électromécanique
  • CAP conducteur de machines automatisées du textile
  • BEP des industries textiles
  • CAP conducteur de productions textiles

Les entreprises encouragent vivement les candidats à acquérir un Bac professionnel ou BP de niveau IV dans le secteur de la productique matériaux souples appliquée à l’industrie textile.

Les candidats détenteurs des diplômes suivants sont également priorisés par les industries :

  • BP Pilote d’installations de production par procédés (PIPP
  • CAP Conduite de Systèmes Industriels option Production en Industries Textile
  • Titre Professionnel Agent de Fabrication Industrielle
  • Titre Professionnel Conducteur(rice) d’installations et de machines automatisée
  • BEP Mise en Oeuvre des Matériaux option Matériaux Textiles
  • CAP Conduite de Systèmes Industriels option Traitement en Industries Textiles
  • CQPI Conducteur(rice) d’Equipements Industriels
  • Titre Professionnel Opérateur(trice) Régleur(se) en Usinage

Les compétences nécessaires pour exécuter le métier

Le poste de conducteur requiert plusieurs compétences techniques. Les profils doivent en effet maîtriser certains outils et méthodes spécifiques. Ainsi, le candidat doit :

  • pouvoir s’occuper de l’alimentation des installations des machines selon les spécificités des produits
  • réaliser les réglages et paramétrage des appareils
  • piloter le système de production et utiliser le mode dégradé
  • assurer la mise en œuvre de la procédure de marche et arrêt
  • effectuer les corrections de paramétrage simples et les éventuels réglages au cas où une dérive est constatée
  • assurer l’application des consignes de production en termes de conformité, de qualité, de sécurité et d’environnement
  • apprécier de manière visuelle la conformité des produits concernant la qualité et la présentation
  • détecter les défauts durant le process et mettre en place la procédure d’alerte ou d’intervention établie
  • communiquer les besoins de réglage aux services ou personnes concernés
  • superviser le nettoyage des appareils et du poste de travail
  • contrôler régulièrement les éléments techniques et les remplacer en cas de dysfonctionnement afin d’assurer la conformité de la production
  • effectuer un prédiagnostic des défauts
  • se charger des opérations systématiques à but préventif

Indispensable pour garantir la conformité des produits finis selon les consignes, le métier de conducteur requiert également des connaissances spécifiques. Le candidat doit ainsi maîtriser :

  • l’ensemble des technologies appliquées sur les machines et outillages comme les aiguilles à broder ou les navettes, ainsi que
  • les périphériques : chargeur de navettes, bobinoir, etc.
  • les normes d’hygiène et de sécurité
  • les informations concernant les matériaux textiles et produits fabriqués comme les tissus, tricots et leurs caractéristiques, les produits non-tissés, etc.
  • les procédures utilisées pendant la production
  • les méthodes et techniques de tissage et leurs caractéristiques comme la chaîne, la trame, l’armure ou l’entrecroisement
  • la technologie et les techniques utilisés dans les métiers à tisser : technique à jet d’eau, à navette, à technique projectile, à lances ou à jet d’air
  • les méthodes de tricotage : trame, chaîne, les différents types de mailles et de tricots…
  • le pilotage des machines de production automatisée
  • les notices techniques et autres documents concernant le cahier des charges, la fiche de contrôle, la fiche de production, la fiche de lot ou encore le planning
  • les termes et le vocabulaire spécifiques relatifs au textile
  • les matières premières utilisées en textile : provenance des fibres, comportement, caractéristiques, etc.
  • les méthodes et techniques de broderie et leurs caractéristiques

Les qualités requises pour le poste

Le poste de tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles nécessite certaines qualités qui aideront le candidat à mener à bien son travail. Le conducteur peut aussi être amené à être en relation avec différents services pour assurer le bon déroulement de son travail. Ainsi, il doit :

  • avoir une bonne condition physique pour manœuvrer les engins et supporter les conditions de travail particulières : poussières de laine, fibres synthétiques, produits d’entretien
  • savoir transmettre les informations et consignes aux personnes concernées, que ce soit oralement ou par écrit
  • être rigoureux et vigilant pour appliquer les consignes
  • avoir une vision correcte
  • être capable de faire des gestes répétitifs
  • être résistant au travail à la chaîne
  • être capable de travailler rapidement
  • être disponible à des heures flexibles

Un métier en tension

Les industries textiles ne cessent de moderniser leurs équipements en vue d’augmenter la production tout en gardant une bonne qualité. Les profils souhaitant effectuer ce métier doivent ainsi savoir mettre à jour leurs connaissances pour s’adapter aux nouvelles technologies appliquées sur les procédures et les machines.

Aujourd’hui, les industries textiles constatent une pénurie des candidats au poste de tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles. Les demandes ne cessent ainsi d’accroître alors que les candidats sont peu nombreux. En effet, la nécessité de toujours actualiser les connaissances et compétences ne motive pas les jeunes à postuler. En outre, les conditions de travail inconfortables constituent un frein pour les profils.

Les autres intitulés du poste  :

  • Bonnetier sur métier rectiligne
  • Conducteur de machines à tisser
  • Bonnetier sur métier circulaire
  • Brodeur sur machine multi tête
  • Conducteur de machines à tufter
  • Conducteur de machines de fabrication de produits textiles
  • Conducteur de métiers à crochet
  • Conducteur de machines de tissage
  • Fileur sur métiers classiques
  • Racheliste
  • Opérateur sur métier Jacquard électronique
  • Rubanier
  • Surveillant d’installations de production de tissus et étoffes
  • Tricoteur
  • Tulliste en guipure
  • Tisserand en industrie textile
  • Tisseur sur machines à tisser
  • Surveillant d’installations de production de tissus et étoffes

Évolution dans le métier de tricoteur conducteur de machine de fabrication de produits Textiles

Le métier de bonnetier ouvre la porte à des postes plus intéressants. En acquérant de l’expérience, le salarié peut prétendre à un métier plus intéressant. Il peut par exemple devenir responsable de production et avoir sous son ordre plusieurs personnes. Pour ce faire, il doit se former, étoffer ses connaissances et acquérir de l’expérience.

En se spécialisant dans un domaine ciblé, le conducteur peut également devenir expert.

Postes accessibles au métier de conducteur :

  • chef d’équipe
  • responsable de production

La formation en alternance pour recruter un conducteur

À l’heure où les candidats au poste de conducteur manquent cruellement, les entreprises doivent appliquer d’autres méthodes pour trouver du personnel. Elles se tournent alors vers la formation en alternance.

Recrutement en dehors de l’entreprise

Les candidats de 26 ans ou moins

Les profils de moins de 26 ans ont deux possibilités pour exercer ce métier :

le contrat d’apprentissage vise à former les jeunes à partir de 16 ans au métier en vue de les embaucher
le bac professionnel permet aux candidats d’accéder aux formations en alternance adéquates pour pouvoir faire carrière dans le textile.

Les bacheliers de moins de 26 ans opteront pour un contrat d’apprentissage afin d’acquérir un diplôme de bac +2 comme un BTS ou un DUT.

Les candidats de 26 ans ou plus

Il est possible aux profils à partir de 26 ans de signer un contrat de professionnalisation. Cela leur permet de réaliser une formation professionnelle qualifiante qui doit être sanctionnée par un titre, une qualification professionnelle un diplôme ou encore CQP.

La partie théorique de la formation est dispensée par un organisme spécialisé et se déroule généralement dans un centre de formation. Elle est alternée avec une partie pratique réalisée en entreprise. Dans le cas où l’entreprise peut organiser les deux formations, ces dernières ont lieu en entreprise.

Évolution en interne

Métier en permanente transformation, le poste de bonnetier évolue avec les technologies et les machines utilisées. Les entreprises peuvent ainsi choisir des salariés en poste pour exercer ce métier. En leur dispensant des formations correspondantes, les entreprises peuvent faire évoluer leur carrière de manière optimale.

En même temps, les candidats acquièrent de nouvelles compétences et qualifications de manière rapide.