Accroissement de l’activité, turn-over récurrent, remplacement d’un salarié parti en retraite, développement de l’entreprise ou mise en place d’une innovation technologique… de nombreuses raisons peuvent inciter une entreprise à recruter en alternance.

L’alternance représente une manière simple et efficace de faire face à ces besoins de recrutement tout en fidélisant ses salariés. Elle permet à l’entreprise de former son futur salarié, lui apprendre un métier, tout en l’intégrant à la vie et à la culture de l’entreprise.

Pour autant, la phase de recrutement est primordiale pour faciliter l’intégration de l’alternant dans l’entreprise et contribuer au mieux à son développement.

Petit guide par étapes du processus de recrutement en alternance :

 

  1. Bien définir ses besoins et les contours du poste à pourvoir

Pour savoir ce qu’un futur employé devra apporter à votre entreprise, il faut avant tout définir les contours du poste que vous cherchez à pourvoir. Plus précis seront les attentes et objectifs fixés sur le poste, mieux vous cernerez le profil du candidat idéal et éviterez ainsi l’écueil fréquent d’une redéfinition de poste en cours de recrutement.

En premier lieu, il s’agit de définir les contours du poste à pourvoir au sein de l’entreprise :

  • Le titre/intitulé exact du poste
  • La position dans l’organigramme
  • Les missions du poste
  • Le lieu de travail
  • Les conditions de travail
  • Les conditions de rémunération et avantages sociaux

L’analyse qualitative de l’emploi à pourvoir est une étape indispensable pour cerner les besoins de l’entreprise. Elle permettra de cibler au mieux les candidats et favoriser leur implication à venir dans l’entreprise

  • Déterminer et formaliser les missions à confier
  • Repérer les compétences-clefs à maîtriser
  • Identifier les savoirs à transmettre
  • Définir les interactions du poste en interne et externe
  • Perspectives de formation et d’évolution
  • Préciser les niveaux de responsabilité du poste
  • Evaluer les résultats et le retour sur investissement attendu

Définir des objectifs détaillés pour un recrutement est un prérequis indispensable pour identifier la formation en alternance qui répondra aux besoins de votre entreprise. Cela vous permet aussi d’être clair et précis dans la rédaction de votre offre d’emploi, mais également en entretien d’embauche pour répondre aux questions des candidats.

 

  1. Définir le profil de l’alternant recherché

Pour engager une phase de recrutement, il vous faut évidemment définir quel type de personne est recherchée pour le poste. En fonction des contours du poste à pourvoir, il s’agit de tracer le profil du candidat idéal pour votre entreprise :

  • Quel profil de candidat recruter au regard des missions ?
  • Quelles sont les qualifications attendues du candidat ?
  • Quelles sont les compétences déjà acquises ?
  • Quelle expérience professionnelle doit-il justifier ?
  • Quelles sont ses attentes de formation/professionnalisation ?
  • Quelle est la compatibilité du candidat avec son tuteur potentiel ?

Ce ciblage du profil du candidat, associé aux contours du poste que vous avez défini, doit vous permettre de déterminer quel type de contrat en alternance correspond à vos attentes.

 

  1. Se faire accompagner dans ses démarches

Afin d’appréhender au mieux le fonctionnement de l’alternance, les entreprises disposent d’un réseau d’acteurs conseils pour les informer et les orienter dans leur démarche de recrutement en alternance.

Les OPCA (Organismes Paritaires Collecteur Agréés) qui collectent les obligations financières versées par les entreprises au titre de la formation professionnelle sont de bons interlocuteurs pour la formation professionnelle en alternance.

Le réseau des « Point A » développé par les CCI (Chambres de Commerce et d’Industrie) propose un accompagnement des employeurs pour recruter en alternance. Répartis sur tout le territoire, ils disposent de conseillers dédiés à l’orientation et la formation en alternance pour les entreprises.

Au niveau institutionnel, les chambres consulaires, les missions locales, les PAIO (Permanences d’Accueil, d’Information et d’Orientation) et Pôle Emploi peuvent assister l’employeur dans ses démarches.

Les organismes de formation et certains cabinets de recrutement en alternance proposent également d’accompagner le recrutement et le suivi de l’alternance en entreprise.

 

  1. Choisir la forme d’alternance qui convient

Il existe 2 types de contrat de travail en alternance en entreprise : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. Le système de formation repose pour les deux contrats sur l’alternance de périodes de travail en entreprise et de périodes d’enseignement général, technologique ou professionnel.

Aujourd’hui la frontière entre ces deux contrats s’amenuise et c’est d’avantage le profil de l’alternant, la nature et la durée de la formation choisie qui oriente le choix du type de contrat :

  • Le contrat d’apprentissage est accessible uniquement aux jeunes de moins de 26 ans (jusqu’à 30 ans sur dérogation). La durée de la formation s’étend de 1 à 3 ans.
  • Le contrat de professionnalisation est accessible aux jeunes de moins de 26 ans mais également aux demandeurs d’emploi et aux bénéficiaires de minimas sociaux. La durée de la formation s’étend de 6 à 24 mois maximum.

Une fois le choix du contrat établi en fonction du profil du poste et du candidat souhaité, il vous reste à :

  • Définir le périmètre de l’alternance sur le poste
  • Choisir les situations de travail apprenantes
  • Prendre connaissance du cadre administratif

 

  1. Trouver la formation en rapport avec ses besoins

Les contours du poste à pourvoir définis et le profil idéal de l’alternant cerné, il vous reste à trouver la formation idoine qui répondra aux besoins de votre entreprise.

Le titre, le diplôme et la formation que prépare un alternant doivent correspondre au mieux aux métiers de votre entreprise et aux besoins de développement de son activité. La sélection de la formation est un facteur déterminant pour la réussite du recrutement d’un alternant et la pérennisation de vos métiers.

La complémentarité de votre entreprise avec l’organisme de formation est également importante pour assurer le suivi de l’alternant. Elle permet aux écoles et centres de formation d’adapter chaque année leurs formations au quotidien des entreprises et de proposer de meilleurs candidats alternants.

Les OPCA représentent de bonnes sources d’information sur la qualité des formations existantes et les parcours de formation à réaliser. Fonctionnant par branches d’activité, ils sont familiarisés avec les problématiques spécifiques de votre activité et peuvent vous aider à définir et construire les modalités d’un parcours de formation en alternance en fonction des capacités de votre entreprise.

 

  1. Ne pas négliger la rédaction de l’offre de recrutement en alternance

Le cadre légal

La rédaction d’une offre de recrutement demande avant tout de prendre connaissances des mentions discriminatoires telles que définies par la loi avant de respecter un certain nombre de principes visant à protéger les droits des candidats.

La prise en considération de ces règles empêche évidemment l’employeur de faire mention de l’orientation sexuelle, des origines, des convictions politiques et religieuses mais de nombreux autres critères sont également considérés comme discriminatoires: le sexe, l’état de santé, l’apparence physique, la situation familiale et même l’âge du candidat.

Il est également interdit d’écrire la dénomination du poste au masculin ou/et au féminin pour cibler le candidat (dans le cas d’une fonction dont la dénomination ne se décline pas, l’appellation du métier doit être suivie de la mention H/F).

Enfin, la rédaction d’une offre de poste doit obligatoirement se faire en français, même pour un poste bilingue  et ne doit en aucune manière comporter d’affirmation fausse ou pouvant induire le candidat en erreur.

Le contenu de l’offre

La bonne présentation d’une offre de recrutement en alternance est primordiale. La définition des contours du poste à pourvoir et la présentation de l’entreprise sont des informations essentielles pour rendre votre annonce attrayante et faciliter le positionnement de candidats en adéquation avec votre recherche.

L’intitulé de mission doit être clair et générique sinon le candidat risque de ne pas retenir votre annonce. N’hésitez pas pour cela à vous reporter aux codes ROME du poste et aux fiches métiers disponibles auprès de Pôle Emploi ou des chambres consulaires.

Le descriptif du poste doit être détaillé clairement pour permettre au candidat de déterminer d’emblée la nature du travail proposé, les missions demandées et les conditions afférentes. Appuyez-vous pour cela sur les contours de poste tel que vous les avez précédemment définis en les hiérarchisant clairement par importance.

Il est indispensable de présenter, même brièvement, votre entreprise afin que le candidat puisse se positionner.  Au-delà de l’activité générale, précisez si elle fait partie d’un groupe, quelle division ou structure propose le poste, le nombre de salariés, etc… Vous pouvez également faire un bref rappel historique de l’entreprise ou présenter sa position sur un marché concurrentiel. Il s’agit de permettre au candidat de se faire une impression de votre entreprise et de faciliter la mise en confiance.

L’annonce doit accrocher rapidement le candidat, c’est pourquoi sa rédaction doit être soignée, compréhensible et précise. Evitez autant que possible les expressions trop techniques ou les abréviations qui ne facilitent pas la compréhension des missions, privilégiez des termes simples plus facilement percutants. Il est aussi essentiel de prendre le temps de se relire, notamment pour faire attention aux fautes d’orthographe qui décrédibiliseraient l’annonce.

 

  1. Diffuser/relayer efficacement votre offre d’emploi

L’offre d’emploi rédigée, il reste à définir le choix des canaux de diffusion les plus pertinents en fonction du profil recherché et du niveau de rareté de la ressource. Sites internet de recrutement, annonces presse, salons professionnels, réseaux sociaux… de multiples solutions existent en fonction du temps et du budget dont vous disposez.

Les intermédiaires institutionnels pour l’emploi comme Pôle Emploi ou l’APEC permettent de diffuser votre annonce et de collecter de nombreuses candidatures pour un coût réduit mais ne procèdent pas à la pré-sélection des candidats dont les profils sont souvent peu qualifiés.

Les sites internet de recrutement, aussi appelé « jobboard », offrent une mise en relation entre recruteurs et candidats au travers d’offres d’emploi payantes et disposent de CVthèque pour consulter les profils de candidats à partir de critères de recherche. Il existe des jobboards généralistes et des plateformes plus spécialisées sur des branches d’activité ou des métiers spécifiques.

Liste non exhaustive de jobboards par spécialités :

·         Monster.fr : postes de commerciaux ou management

  • RegionsJob.fr : emplois en région ou postes pénuriques
  • Le bon coin.fr : postes de technicien ou commerces de proximité
  • Cadremploi.fr : postes de cadres
  • Cadresonline.fr : métiers de l’informatique, bureaux d’études ou services
  • Studyrama-emploi.com : jeunes diplômés
  • Letudiant.fr : jeunes diplômés

Les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo permettent également de diffuser votre offre de recrutement tout en offrant un accès à leur immense base de données de candidats potentiels. Si vous en avez le temps, ils représentent un moyen efficace d’approcher des candidats ciblés pour les sensibiliser aux besoins de votre entreprise et valoriser vos apports sur le plan professionnel.

De nombreux salons professionnels ou forum de l’emploi sont régulièrement organisés en régions et permettent une mise en relation directe entre candidats potentiels et employeurs. Certains sont spécialisés sur un secteur d’activité, un type de métiers ou un profil de candidat et favorise une exposition adaptée à votre recherche.

L’environnement professionnel immédiat n’est également pas à négliger dans votre recherche. Le syndicat de votre secteur d’activité, les associations professionnelles ou cercles d’anciens élèves d’écoles spécialisées peuvent être de bon relais de diffusion de votre offre de recrutement.

Dans le cas de métiers pénuriques ou en tension, l’entreprise peut également solliciter l’expertise de cabinets de recrutement spécialisés qui organiseront ses recherches de candidats.

 

  1. Préparer l’accueil/tutorat de l’alternant

Un recrutement en alternance réussi nécessite du temps pour préparer l’arrivée de l’alternant dans votre entreprise. La préparation est la clé d’une bonne intégration d’un nouvel alternant et il est capital de définir ses objectifs et ses missions avec vos collaborateurs avant son arrivée.

Recruter un alternant nécessite avant tout pour l’entreprise de désigner un tuteur qualifié pour accompagner le parcours de formation. Responsable de l’alternant pendant sa formation en entreprise, le tuteur ou maître d’apprentissage est en charge de programmer les activités du nouvel arrivant dans son milieu de travail.

Il s’agit d’accueillir l’alternant et établir une relation de confiance pour évaluer et transmettre les savoirs-faires requis par le plan de formation.  Tout au long de l’alternance, le tuteur est garant des indicateurs de suivi et d’évaluation du parcours de l’alternant et gère la relation avec l’organisme de formation. Passé la période d’intégration, l’alternant acquiert plus d’autonomie mais le tuteur doit continuer à suivre les principales étapes de son parcours de professionnalisation.

Comme il ne suffit pas d’être un salarié expérimenté pour être en capacité de faire lien entre les différents acteurs et transmettre ses compétences, le tuteur peut suivre en cas de besoin une formation courte au tutorat (notamment auprès des chambres consulaires ou des OPCA) pour préparer au mieux l’accompagnement dont il aura la charge. Cette formation pédagogique relève des règles relatives au financement de la formation professionnelle et à ce titre prise en charge.