Quel apprentissage dans la fonction publique territoriale ?

L’Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale vient de publier une étude sur l’apprentissage dans les collectivités et établissements territoriaux. Si celle-ci porte sur la période 2015-2018, elle est néanmoins riche d’enseignements et montre une nette augmentation du nombre d’apprentis sur cette période.

Hausse de l’apprentissage dans la fonction publique territoriale

L’étude de l’Observatoire montre une nette croissance de l’apprentissage dans la fonction publique territoriale entre 2015 et 2018. Le nombre d’apprentis a ainsi augmenté de 28% sur cette période, avec près de 7.500 contrats d’apprentissage signée en 2018.

Les 3 régions qui concentraient le plus grand nombre d’apprentis en 2018 étaient l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Hauts-de-France.A elle seule, l’Île-de-France employaient 1201 apprentis en 2018 dans la FPT, soit 16% des effectifs nationaux.

La majorité des régions françaises a connu une hausse des contrats d’apprentissage sur la période étudiée. Le Centre-Val-de-Loire (+68,5%), l’Île-de-France (+60,1%) et la Normandie (+56,3%) sont les régions qui ont connus la plus forte augmentation.

Baisse de la durée moyenne des contrats d’apprentissage

La majorité des contrats ont été signés pour une durée de un à deux ans, mais leur part a baissé entre 2015 et 2018. Les contrats de un à deux ans représentaient 58,9 % des contrats signés en 2018, en baisse de 2,8 points par rapport à 2015 (61,7 %), contre 33,1 % pour les contrats de moins d’un an (en hausse de 3,1 points) et 7,6 % pour les contrats de 2 ans et plus (en baisse de 0,2 point).

Par ailleurs, près de 40% des apprentis préparaient un diplôme supérieur au Bac. 43,2 % des apprentis préparaient un CAP ou un BEP mais cette proportion a eu tendance à baisser au profit de contrats d’apprentissage pour des diplômes d’études supérieures (38,8 %).

L’âge des apprentis étaient de 20,4 ans en moyenne, en progression depuis 2015. Ils étaient en majorité scolarisés ou étudiants au moment de la signature de leur contrat d’apprentissage.

Enfin, les principales spécialités choisies relevaient principalement des services à la personne (surtout dans le travail social), de l’agriculture/pêche/forêt/espaces verts, avec l’aménagement paysager en tête.

Consultez l’intégralité du rapport de l’Observatoire de l’emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale sur l’apprentissage ici.