Le déconfinement permet la réouverture des CFA

A partir du 11 mai, les centres de formation continue, et en particulier les CFA, vont profiter du déconfinement pour rouvrir peu à peu leurs portes au public, comme l’a indiqué récemment le ministère du Travail dans un communiqué de presse.

Dans les CFA, le déconfinement permet la reprise des formations en présentiel

Depuis le 11 mai, les publics des centres de formation continue, et notamment des CFA, pourront de nouveau assister à des cours en présentiel. Le ministère du Travail a publié un communiqué en ce sens le 4 mai dernier. Pour la ministre du Travail Muriel Pénicaud, « le développement des compétences est plus que jamais un élément déterminant pour le développement économique des entreprises et l’emploi des salariés ». Selon elle, « il est essentiel que les organismes de formation reprennent leur activité, en respectant les mesures sanitaires, à partir du 11 mai 2020 ».

Les CFA, comme tous les centres de formation continue, avaient dû fermer leurs portes au public depuis le début du confinement. Pour les rouvrir, ils devront respecter le protocole national de déconfinement et les mesures sanitaires instaurées par celui-ci. Un guide conçu spécifiquement pour les organismes de formation, en collaboration avec les acteurs de la filière et validé par le ministère du Travail, devrait être mis en ligne prochainement, pour les aider à assurer la santé et la sécurité des formateurs et des élèves.

Alterner formations en ligne et en présentiel

La ministre du Travail a salué, par la même occasion, le travail des centres de formation continue qui ont développé de nombreuses formations à distance pendant le confinement. Elle les a appelés à poursuivre ces formations, afin de réduire la fréquence des interactions sociales entre élèves, même après la fin du confinement.

Ces formations en ligne ont permis à de nombreux stagiaires de poursuivre leur cursus pendant la période de fermeture de l’accueil au public. Mais la question de la tenue des examens en apprentissage n’est pas réglée. Ceux-ci seront probablement reportés en août, comme le souhaite la Chambre des métiers de France. Mais cette mesure pourrait provoquer des situations compliquées. En effet, certains apprentis qui terminent leur contrat en juin ont pris des engagements auprès d’autres patrons ou ont d’autres projets. Ils ne pourront donc pas rester chez leur patron actuel deux mois de plus pour passer des examens.