Retraite : 68% des actifs de plus de 40 ans inquiets de ne pas tenir jusqu’à l’âge légal

Le Crédoc publie comme chaque année son enquête barométrique « Conditions de vie et aspirations des Français« . L’édition 2023, réalisée avec la Fondation The Adecco Group, montre que les trois enjeux majeurs pour les responsables des ressources humaines seront cette année la santé des seniors, le maintien de leur rémunération, et l’anticipation de l’évolution professionnelle des salariés dès l’âge de 40 ans.

La santé, principale inquiétude des 40-59 ans

La crainte de ne pas être suffisamment en bonne santé pour continuer à travailler à la fin de sa carrière représente le principal motif d’inquiétude des actifs de 40 à 59 ans. Plus de deux-tiers sont concernés et 37% déclarent s’en inquiéter « beaucoup ». Au-delà des questions de santé, plus de la moitié (52%) redoute la fatigue, la lassitude, et une perte de motivation.

Dans un contexte d’inflation et de restrictions financières pour les ménages, ils sont également nombreux (52%) à craindre une éventuelle dégradation de leurs revenus. Ces motifs en lien avec la santé et les finances arrivent loin devant la peur de perdre son emploi ou d’accéder plus difficilement à la formation et à l’actualisation de ses compétences.

Cette inquiétude concerne toutes les catégories professionnelles. Les ouvriers (72%) et les professions intermédiaires (69%) sont les catégories qui manifestent les craintes les plus fortes d’un état de santé trop dégradé pour tenir le coup jusqu’au bout (68% en moyenne). A ces inquiétudes, s’ajoutent pour les ouvriers et employés l’angoisse d’une possible perte de revenu (respectivement 58% et 52%, vs 52% en moyenne) ou même d’emploi (42% et 40%, vs 37% en moyenne). Les cadres, qui sont les moins touchés, sont tout de même 62% à redouter de ne pas pouvoir poursuivre leur carrière jusqu’à son terme pour raison de santé.

Les 40-49 ans plus inquiets que les 50-59 ans

Les 40-49 ans se déclarent plus inquiets que les 50-59 ans, à la fois pour leur santé (71% des 40-49 ans, vs 63% des 50-59 ans) et à la perspective d’une perte de motivation (55% des 40-49 ans, vs 48% des 50-59 ans). D’une part, une partie des cinquantenaires les plus exposés aux risques professionnels ont déjà quitté leur emploi, pour cause d’invalidité, de maladie ou pour un changement de poste. D’autre part l’approche de la retraite pourrait offrir une perspective positive à une partie des travailleurs les plus âgés, leur permettant de relativiser leurs inquiétudes.

De manière générale, la question de la santé préoccupe de plus en plus nos concitoyens. La proportion de Français qui s’estime en bonne santé s’érode depuis la fin des années 1990 (de 90% en 1997 à 79% début 2023)6. Et début 2023, 72% de la population âgée de 15 ans et plus déclare qu’être en meilleure santé fait partie de ses principaux objectifs de vie. Un objectif qui a très fortement progressé en l’espace de deux décennies : il concernait seulement 47% des Français en 2000.

Consultez l’étude de Credoc en intégralité ici.