Le GES veut développer l’alternance dans la sécurité privée

Le Groupement des entreprises de sécurité (GES) a présenté un plan en faveur de l’alternance dans son secteur d’activité. Alors que celui-ci ne compte encore que très peu d’alternants et d’apprentis, le GES demande une évolution du cadre législatif pouvoir développer cette voie de formation.

20.000 alternants dans la sécurité d’ici 4 ans

Le GES s’est fixé pour objectif de recruter et former 20.000 alternants d’ici quatre ans, autant dans les fonctions opérationnelles qu’administratives, soit une moyenne de 5000 par an. En 2020, on dénombrait moins de 1000 alternants dans le secteur. Il cherche également à développer la mixité hommes/femmes, notamment en prévision d’évènements comme les Jeux Olympiques de 2024.

Mais le développement de l’alternance dans la branche ne pourra se faire, selon le GES, sans une modification de la législation. C’est pourquoi ces entreprises demandent la création d’une carte professionnelle d’alternant en sécurité privée, qui définiraient les activités que celui-ci peut réaliser.

Le GES a donc transmis un amendement en ce sens à la Commission des lois du Sénat et au gouvernement dans le cadre de la Proposition de loi relative à la sécurité globale.

Un pilotage national

Pour atteindre ses objectifs, le GES compte s’appuyer sur un comité de pilotage interne regroupant ses propres représentants et ceux de ses partenaires (CFA, organismes de formation). Celui-ci offrirait un accompagnement et un suivi renforcés aux entreprises souhaitant embaucher des apprentis.

De plus, une information régulière devrait être fournie aux partenaires sociaux, notamment par les instances paritaires de branche. Le GES compte aussi mobiliser AKTO, l’opérateur de compétences des entreprises du secteur, par exemple à travers son dispositif Aktosactive, et Pôle emploi, pour assurer un suivi statistique du développement de son plan en faveur de l’alternance.

Enfin, il envisage de mettre en place des actions de communication à destination des jeunes pour les informer sur les possibilités de formation en alternance existant dans le secteur de la sécurité.