L’envolée de l’apprentissage portée par le secteur privé

Le ministère du Travail a publié ce mois les chiffres définitifs de l’apprentissage en 2021. Comme on le savait déjà en partie, cette voie de formation continue de rencontrer un succès croissant auprès des entreprises et des jeunes, puisque 718.000 nouveaux contrats d’apprentissage ont été conclus l’an dernier.

Une hausse de l’apprentissage portée par le secteur privé

Le ministère du Travail a mis en ligne une synthèse des chiffres de l’apprentissage sous forme d’une infographie destinée à mettre en avant la dynamique positive de cette voie de formation. On y apprend ainsi que celle-ci est avant tout portée par le secteur privé, dans lequel le nombre de contrats d’apprentissage a crû de 37% entre 2020 et 2021. Le secteur privé reste ainsi, de loin, le principal employeur d’apprentis, avec 698.contrats d’apprentissage.

Du point de vue géographique, la région Île-de-France est, sans surprise, celle qui accueille le plus d’apprentis, puisque 157.894 contrats y ont été signés.

Les TPE-PME sont les entreprises qui ont le plus recours à l’apprentissage

Du côté des entreprises, ce sont les plus petites d’entre elles qui emploient le plus d’apprentis : 66% des contrats signés (soit 462.625 contrats) l’ont été par des entreprises de moins de 50 salariés, alors qu’elles ne représentent que 19% de l’emploi global en France.

Quant aux secteurs économiques, ce sont les services qui font le plus appel à l’apprentissage, avec 71% des contrats signés en 2021, devant l’industrie (15%), la construction (11 %) et l’agriculture et la pêche (3 %).

Le document du ministère présente un état des lieux détaillés des activités de services. L’apprentissage est notamment plébiscité par le commerce (161.305 contrats en 2021), le conseil et l’ingénierie (66.441 contrats), et la banque, l’assurance et l’immobilier (48.522 contrats).

La nouvelle place de l’apprentissage confirmée dans le supérieur

Ce document montre aussi l’installation durable de l’apprentissage comme modalité de formation dans l’enseignement supérieur. 62% des contrats signés en 2021 concernaient ainsi la préparation à une qualification de niveau bac+2 ou supérieur. Le ministère souligne cependant « une accélération entre 2020 et 2021 sur les niveaux bac et infra bac : +21% d’augmentation entre 2020 et 2021 contre +13% entre 2019 et 2020 ».

Quant au taux d’insertion des jeunes 6 mois après la fin de leur formation en apprentissage, le ministère s’en félicite en s’appuyant sur des chiffres de la Dares de 2020 : 6 jeunes sur 10 sont ainsi en emploi à l’issue de leur formation.

Consultez l’infographie du ministère du Travail « Les chiffres de l’apprentissage en 2021″ ici.