Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises françaises choisissent de faire confiance à un élève en alternance dans les secteurs de l’industrie, de la banque, de l’assurance, de la vente et bien d’autres.

En effet, proposer un contrat d’alternance permet à l’entreprise de faire face aux turn-over récurrents, au remplacement d’un salarié ou encore à l’accroissement de son activité à moindre coût.

Dans ce dossier spécial, nous allons voir comment recruter en alternance en vous donnant quelques conseils et les bonnes pratiques.

Moins rémunéré qu’un salarié puisqu’il est en formation, l’alternant pourra découvrir tous les rouages de son futur métier grâce à un tuteur qui lui expliquera précisément les objectifs de l’entreprise.

Pour recruter un alternant en toute sérénité, voici quelques conseils à suivre.

Définir les besoins de l’entreprise avant de recruter

Comment recruter en alternance
L’alternance est un véritable partenariat entre l’entreprise et un salarié formé

Avant de chercher l’alternant idéal, il est essentiel de définir précisément les besoins de l’entreprise. Il faut donc déterminer le profil du poste qui sera confié au futur alternant.

Pour définir leurs besoins de main d’œuvre, les entreprises peuvent faire confiance à différents acteurs conseil de l’alternance chargés de les informer, notamment :

  • Les chambres consulaires (chambre de métiers, de commerce et d’agriculture),
  • Le Conseil Régional,
  • Les Organismes Paritaires Collecteur Agréés (OPCA) devenus des OPCO, Opérateurs de compétences depuis le 01 avril 2019
  • Les Centres de Formation d’Apprentis (CFA) ou organismes de formation agréés

Le poste proposé devra être conforme aux formations proposées par les Ministères de l’Éducation Nationale et de l’Agriculture le cas échéant.

Dans la description du poste, les entreprises devront signaler :

  • L’intitulé du poste,
  • Le niveau de qualification exigé,
  • Le descriptif des activités confiées à l’alternant,
  • La position de l’alternant dans l’organigramme,
  • Les compétences nécessaires au poste,
  • Le lieu de travail,
  • Les conditions de rémunération,
  • Les coordonnées du destinataire des candidatures.

Détailler les conditions de travail permet à l’entreprise de pouvoir répondre correctement aux questions soulevées par l’alternant durant l’entretien d’embauche.

Les entreprises pourront alors identifier les profils de candidats adaptés à leurs besoins.

Choisir le contrat d’alternance qui convient à vos besoins

Il existe 2 types de contrat de travail en alternance : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. Ils encadrent des besoins spécifiques de formation professionnelle et ne s’adressent pas aux mêmes publics même si les différentes réformes les ont progressivement rapprochés.

Il convient donc pour l’employeur de définir quel contrat en alternance répond à ses besoins de recrutement et formation d’un salarié avant de s’engager. Les obligations pour l’entreprise ne sont pas les mêmes.

Le contrat d’apprentissage encadre une formation à vocation diplômante et est ouvert aux candidats âgés de 16 à 30 ans (29 ans révolus) depuis 2019 et la réforme de la loi « Avenir professionnel ». Il est également accessible sur dérogation aux mineurs de 15 ans et sans limite d’âge pour les travailleurs handicapés et les candidats à la création ou reprise d’une entreprise assujettie à l’obtention d’un diplôme ou titre.

Le contrat de professionnalisation a vocation qualifiante et s’adresse en premier lieu aux jeunes de 16 à 25 ans pour leur permettre d’acquérir une qualification professionnelle complétant leur formation initiale. Il est également ouvert sans limite d’âge aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus inscrits à Pôle Emploi, aux bénéficiaires des minimas sociaux ou aux travailleurs handicapés.

Plus d’infos sur les différences entre contrat d’apprentissage et contrat de professionnalisation

Trouver le bon profil d’alternant

À l’ère d’Internet, il est bien plus facile pour une entreprise de trouver des candidats en alternance. Le tout est de rédiger une annonce séduisante afin d’attirer le maximum de candidats : mettez en avant les avantages du poste proposé (rémunération, durée, activités variées, etc.).

Pour diffuser son annonce, plusieurs possibilités existent :

  • Déposer son annonce sur un site emploi ou « jobboard » (Monster, Régionjob, Indeed, L’Etudiant …) afin d’attirer des candidats,
  • Déposer une petite annonce dans les organisme de formation (y compris lycées technologiques ou professionnels)
  • Entrer en relation avec un alternant via les réseaux sociaux (LinkedIn, Viadeo …),
  • Déposer une annonce dans un journal local.

En quelques clics, les entreprises peuvent trouver des dizaines de profils correspondant à leurs attentes. Le recruteur pourra alors passer à l’étape suivante du recrutement : l’entretien d’embauche.

Recevoir un candidat en entretien permet de vérifier son aisance à l’oral et de juger son comportement vis-à-vis de l’éthique du travail.

Lors de l’entretien, les entreprises pourront vérifier :

  • L’implication et la motivation de l’étudiant,
  • Le projet professionnel de l’alternant,
  • Ses expériences passées et son bilan personnel,
  • Ses qualifications,
  • Sa capacité d’adaptation,
  • Son dynamisme, sa curiosité et son aisance sociale.

Pour les candidats qui ne sont pas retenus, il est conseillé d’envoyer tout de même une réponse négative, par courrier ou par e-mail, afin de conserver l’image positive de l’entreprise.

Préparer la mise en place de l’alternance

Une fois le candidat sélectionné, l’entreprise doit procéder aux démarches administratives en vigueur pour formaliser et valider son recrutement.

L’employeur  doit signer une déclaration d’embauche qui garantit les équipements de travail, les qualifications du tuteur et l’organisation de l’alternance. Ensuite, l’entreprise doit rédiger un contrat d’alternance sur la base des formulaires CERFA FA13 pour le contrat d’apprentissage ou CERFA 12434 pour le contrat de professionnalisation.

À quel(s) organisme(s) transmettre son dossier ?

  • Pour les métiers de l’artisanat : la Chambre des Métiers du département,
  • Pour les métiers agricoles (hors artisan rural) : la Chambre d’agriculture du département,
  • Pour les autres métiers : la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du département,
  • Pour toute association ou profession libérale non immatriculée au RCS : à l’Unité Territoriale de la Direccte,
  • Pour toute entreprise située en Alsace-Moselle : au registre des Entreprises.

Désigner et former un tuteur dans l’entreprise

L’entreprise doit également choisir un tuteur chargé d’encadrer le futur alternant. On parle de « maître d’apprentissage » dans le cadre d’un contrat d’apprentissage et de « tuteur » en professionnalisation. Il sera en charge de l’étudiant durant toute la durée de son contrat.

Le tuteur doit :

  • Être titulaire d’un diplôme au moins équivalent à celui préparé par le candidat en alternance,
  • Être titulaire d’un diplôme dans le même domaine d’activité que celui préparé par le candidat,
  • Travailler depuis 2 ans dans ce domaine d’activité dans le cadre du contrat de professionnalisation, et depuis 3 ans dans le cadre du contrat d’apprentissage,
  • Suivre un stage de préparation à l’organisation de l’alternance.

Une fois le contrat signé, les démarches administratives réglées et le tuteur trouvé, les entreprises et l’alternant peuvent commencer leur partenariat.

Au regard des fonctions tutorales dont il aura la charge auprès d’un apprenti ou d’un alternance, le tuteur désigné par l’entreprise peut suivre une formation prise en charge pour améliorer l’accompagnement et la transmission des savoir-faire.

Pour tout savoir sur l’embauche d’un salarié en alternance, téléchargez gratuitement notre Guide du recrutement en alternance !