Coronavirus : quelles conséquences pour les apprentis ?

Comme tous les établissements d’enseignement, les CFA (Centres de formation d’apprentis) ont dû fermé leurs portes à partir du 16 mars en raison de l’épidémie de coronavirus. De nombreux apprentis se sont alors demandé quelle était la conduite à suivre face à cette situation exceptionnelle.

Les apprentis doivent-ils rejoindre leur entreprise ?

1.000 CFA ont fermé leurs portes, alors qu’ils accueillaient 500.000 apprentis. Un communiqué de l’Anaf (Association nationale des apprentis de France) a précisé qu’ils devaient se mettre à disposition de leur entreprise si les formations en ligne n’étaient pas prêtes, provoquant le mécontentement de nombreux apprentis.

Les employeurs ont donc dû gérer le retour imprévu de ces salariés particuliers, le tout dans le contexte de la mise en place du confinement pour l’ensemble de la population française pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Les différents cas de figure

En réalité, plusieurs cas de figure sont possibles.

Si le CFA ne met pas en place de cours à distance, l’apprenti va en entreprise, et travaille comme salarié. C’est le cas pour tous les commerces autorisés à ouvrir actuellement, comme par exemple les boulangeries. Le ministère du Travail a précisé que l’apprenti bénéficie des mêmes dispositions que les autres salariés en matière de télétravail, d’activité partielle, de garde d’enfant. Si l’entreprise met en place un chômage partiel, le contrat d’apprentissage est suspendu, mais l’apprenti continue à toucher son salaire.

Si le CFA met en place des cours à distance, l’apprenti va entreprise pour suivre ses cours, « quand les conditions le permettent et que l’entreprise a la possibilité de mettre à sa disposition l’équipement adéquat ». En revanche, de nombreuses structures de formation proposent à leurs apprentis de travailler de chez eux lorsqu’ils en ont la possibilité. Chez Simplon par exemple, école de formation aux métiers techniques du numérique, les apprentis continuent leur formation à distance. Quant aux élèves de l’École de Paris des métiers de la table, ils recevront des exercices à faire chez eux.

Par ailleurs, les CFA pourront assurer un hébergement minimal et une restauration adaptée quand ils assurent ces services pour leurs jeunes, et ce malgré la fermeture de leurs établissements.

Consultez le document du ministère du Travail sur le coronavirus et l’apprentissage ici.