Les Français conscients de la nécessité de se former

La deuxième édition du baromètre de la formation et de l’emploi, réalisé par l’institut de sondage CSA pour Centre Inffo, vient de paraître. Il montre notamment que les Français sont à la fois moins confiants dans leur avenir professionnel et plus conscients de la nécessité de se former pour maintenir son employabilité.

Baisse de confiance et responsabilisation accrue

Conséquence logique de la crise sanitaire et économique, la confiance des français dans leur avenir professionnel est en baisse. Alors qu’ils étaient 75% à être optimistes dans la précédente édition de l’enquête, ils ne sont plus que 58% à l’être en 2021.

Par ailleurs, ils se considèrent davantage responsables de l’évolution de leurs propres compétences, ce qui révèle une perception accrue des enjeux de transformation de leurs métiers et des compétences associées. 42% des sondés estiment ainsi que leur métier évolue très rapidement, contre 33% en 2020.  Concernant leur mobilité professionnelle, un actif sur deux envisage à moyen terme de changer d’emploi. 33% anticipent ce changement dans les deux ans à venir.

La formation est perçue comme un moyen de maintenir son employabilité

Dans un contexte économique incertain, la part des actifs qui considèrent que se former est une nécessité pour maintenir son employabilité est en hausse de 4 points et atteint 88% des personnes interrogées en 2021. Ils sont également moins nombreux à considérer les formations comme inutiles (27%, contre 36 % l’an passé).

Sans doute sous l’effet de la loi Avenir professionnel et de la désintermédiation du marché de la formation, seuls 22 % des individus considèrent que le sujet de la formation professionnelle concerne les pouvoirs publics, les branches professionnelles ou leur employeur. Ce pourcentage est en recul de 14 points par rapport à l’enquête précédente.

De plus en plus de Français veulent suivre une formation

Les actifs sont ainsi de plus en plus nombreux à vouloir utiliser leurs droits à la formation. Près de la moitié d’entre eux prévoit ainsi de suivre une formation dans les 12 prochains mois, et 62 % savent déjà quelle formation ils vont suivre. Les formations les plus citées concernent les langues étrangères, l’informatique, le management, le médical et le paramédical ou encore la restauration.

Les projets de reconversion professionnelle sont aussi de plus en plus nombreux : un actif sur deux envisage une reconversion et 27 % comptent se lancer dans ce nouveau projet.

Enfin, même si 85% des sondés connaissent le Compte personnel de formation (CPF), plus de la moitié d’entre eux se disent insuffisamment informés en matière de formation.