Insertion des lycéens professionnels : le diplôme toujours aussi important

Le diplôme reste un facteur-clé de l’insertion des lycéens professionnels : c’est ce que révèle une récente note d’information de la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Éducation nationale). Cette étude, réalisée en 2017, rend compte de l’insertion des sortants des formations professionnelles qui ne continuent pas d’études, sept mois après la fin de la formation initiale.

Le diplôme, un atout pour l’insertion des lycéens

D’après l’étude de la DEPP, 48% des lycéens sortant de niveau CAP à BTS avaient trouvé un emploi en février 2017, soit sept mois après la fin de leurs études. Cela représente une hausse de trois points par rapport à 2016. Le diplôme reste ainsi déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels : alors que les diplômés ont un taux d’emploi de 51%, celui des non-diplômés est de seulement 38%.

Il en va de même pour les apprentis. Quel que soit le niveau de formation, les diplômés s’en sortent mieux sur le marché du travail. 73% des sortants diplômés ont en effet trouvé un emploi sept mois après la fin de la formation, contre seulement 54% des jeunes qui en sortent sans diplôme.

De forts écarts selon la spécialité et le niveau du diplôme

Le taux d’insertion des jeunes diplômés doit néanmoins être observé en fonction de la spécialité de leur formation et du niveau du diplôme. Les écarts peuvent en effet se révéler importants en fonction de ces  critères. Ainsi, pour les jeunes sortant d’un niveau CAP, le taux d’emploi varie de 42% dans la “Coiffure-esthétique” à 79% dans le “Transport-manutention-magasinage”. Il en va de même au niveau Bac pro, avec 41% de taux d’emploi pour les sortants de formation “Finances-comptabilité” contre un taux de 78% pour les jeunes ayant étudié le “Génie civil-construction-bois”. A noter qu’en BTS, ce sont les formations de services aux personnes qui favorisent le plus l’insertion professionnelle.

D’autres indicateurs sont également remarquables. 19% des jeunes en emploi travaillent dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage, sept mois après la fin de la formation. Quant à l’égalité hommes/femmes, on note que les filles et les garçons ont le même taux d’emploi.

Consultez l’intégralité de l’étude de la DEPP ici.