Les jeunes candidats, une solution face aux tensions sur le marché du travail ?

Dans son dernier numéro, la revue Bref du Céreq publie une analyse des parcours professionnels de jeunes entrants sur le marché de l’emploi au regard des tensions que connaissent les employeurs pour recruter dans trois grands secteurs d’activité : le BTP, l’hôtellerie-restauration-alimentation et l’informatique.

Analyse du parcours de débutants dans des métiers en forte tension

L’analyse proposée s’intéresse à trois familles de métiers qui connaissent de fortes tensions aux origines multiples : manque de candidats, problématique de formation, conditions de travail, etc.

Réalisée en 2020 auprès de jeunes ayant terminé leurs études en 2017, l’enquête du Céreq auprès de la génération 2017 permet d’observer leur parcours professionnel, et notamment la succession des métiers occupés pendant leur trois premières années de vie active.

De l’observation de l’insertion professionnelle des jeunes par famille de métiers, les auteurs de l’enquête déduisent qu’elle ne permet pas d’apporter de réponse simple et monovalente à la problématique des métiers en tension.

Des conclusions appelant des réponses complexes

Parmi leurs conclusions, les auteurs de l’enquête soulignent que la réponse par la formation n’est pas évidente et renvoie à la complexité du lien entre formation suivie et métier exercé.

Par conséquent, la question de l’insuffisance ou non du volume de jeunes formés est complexe à trancher. Par exemple, dans l’hôtellerie-restauration, le nombre de formés est largement moins élevé que le nombre de jeunes ayant exercé un de ces métiers, ce qui traduit la fonction d’accueil de débutants que joue cette famille de métiers depuis longtemps. Mais ceux-ci sont également nombreux à la quitter après y avoir travaillé.

Au total, il ressort de l’analyse de ces trois cas d’espèce que pour pouvoir préconiser des réponses aux métiers en tension en termes de formation initiale, celle-ci doit être mise en regard des parcours professionnels des jeunes, d’une part, et des conditions de recrutement par les entreprises, de l’autre.

Consultez le dernier numéro de Bref « Métiers en tension : les jeunes peuvent-ils être une réponse ? » ici.